NFT ditributeur new york

Acheter des NFT comme une canette ? Cette idée folle est pourtant devenue réalité. A New York, capitale culturel des Etats-Unis, une société spécialisée dans les Non Fungible Token vient de lancer le tout premier distributeur à NFT. Alors, au-delà de l’idée loufoque, il faut aussi y voir là une performance artistique. En effet, les NFT sont voués à jouer plusieurs rôles. Mais leur essence et leur décollage sont particulièrement liés au monde de l’art. On peut se souvenir de la tentative de Quentin Tarantino. Ce dernier avait voulu commercialiser des scènes inédites du film mythique Pulp Fiction. Une annonce qui avait fait couler beaucoup d’encre avant que Miramax ne poursuive le réalisateur en justice. En effet, ces scènes inédites n’appartenaient pas au réalisateur !

  • Le distributeur à NFT, une idée de stagiaire !
  • Le monde de l’art se transforme avec les Non Fungible Token
  • Minter des NFT comme on achète des canettes

L’histoire du premier distributeur à NFT

Au-delà des déboires judiciaires, la mission des Tokens Non Fongibles est de porter le monde de l’art dans de nouveaux espaces. C’est le pari un peu fou de Jordan Birnholtz, cofondateur de Neon. Après avoir levé plusieurs millions de dollars au mois de janvier, la société a installé un distributeur à NFT en plein Manhattan, au 29 John Street. Un lieu ouvert 24 heures sur 24 permettant aux collectionneurs d’acheter des NFT en fiat via leur carte bleue et application de payement.

A l’origine de cette installation, l’idée d’un stagiaire. Au cours de l’été, Drew Levine imagine la manière la plus accessible possible d’acheter un NFT. La suite est historique !

« Ma pensée était qu’il n’y a littéralement aucune façon plus simple d’acheter quelque chose qu’un distributeur automatique », a déclaré Birnholtz à Decrypt. « Nous l’avons construit parce qu’il montre à quel point il peut être puissant et facile de soutenir les artistes numériques, et de démystifier le processus d’obtention d’un NFT. »

Les amateurs peuvent donc acheter des NFT via ce distributeur. Et payer avec leurs cartes bleues, VISA ou Master Card, mais également avec leurs applications de paiement mobile comme Apple Pay et Samsung Pay. Une foie la transaction réalisée, il ne leur reste plus qu’a scanner un QR code et récupérer la fameuse oeuvre d’art en ligne.

« Neon a commencé avec des billets parce que notre mission est unique, à savoir mettre l’art numérique et la collection à la portée du plus grand nombre », a déclaré M. Birnholtz.

Ouvrir la blockchain aux néophytes

Actuellement, malgré un engouement très prononcé, le monde des NFT reste fermé. Pour commencer, la blockchain Ethereum n’est pas des plus accessibles. C’est pourtant la plus largement rependue. Si les frais de transactions ne constituent pas un obstacle pour les propriétaires de NFT valant plusieurs millions de dollars, cela reste un frein pour les petits investisseurs. Un problème que le distributeur règle d’office, car il se positionne sur la blockchain Solana, petit frère d’Ethereum, qui se démarque pour sa rapidité et ses coûts faibles.

Un autre frein pour les nouveaux entrants est sans doute la devise. Acheter des NFT peut être intéressant pour beaucoup d’investisseurs. Cependant, bien que les cryptomonnaies soient mainstreams, le nombre d’utilisateurs de crypto reste faible. Aux Etats-Unis, ils représentent un peu moins de 20% de la population. L’idée de Neon est donc d’ouvrir le marché des cryptomonnaies au 80 % restant.

Plus qu’un distributeur de canettes, cette machine reste avant tout un outils artistique. Les NFT qui sont disponibles actuellement appartiennent à deux collections, produites par des artistes en collaborations avec Neon pour lancement du distributeur. Il s’agit des Party Pigeons, œuvre de Typfy, et des NFT Project Color, commandés pour l’occasion.

Au cœurs du processus créatif des NFT

Plus qu’un simple distributeur, vous ne pourrez pas choisir le NFT que vous souhaitez avoir. Au lieu de cela, vous choisissez une collection et une catégorie et vous recevez un NFT aléatoire. Ce processus, qui étonnera les néophytes, est classique dans le monde NFT. En effet, à la création d’une collection, un réalise le « mint » des œuvres. Chaque collection possède un éventail de caractéristiques, de couleurs, de catégories pour ses œuvres. A chaque création d’œuvre, un panel de caractéristiques aléatoires est sélectionné. Ces caractéristiques ainsi combinées vont réaliser un large nombre d’œuvres uniques appartenant toutes à une même collection. Certaines caractéristiques sont plus rares, ce qui peut faire varier le prix d’un NFT.

Selon M. Birnholtz, Neon envisage d’ajouter d’autres distributeurs automatiques et d’autres artistes à sa liste.

« Nous allons étendre nos distributeurs automatiques à une poignée de villes cet été. Après avoir résolu les problèmes techniques liés à la distribution et à l’échange de NFT, nous invitons les artistes et les créateurs à présenter leurs NFT dans nos machines », a déclaré M. Birnholtz. Il ajoute que de nombreux artistes inscrits sur la liste d’attente de Neon ont découvert la marque après être tombés sur le distributeur automatique basé à New York.

Les NFT continuent de s’imposer dans le paysage culturel et social. Une tentative comme ce distributeur relève plus de l’experience artistique que de la réelle percée. Cependant, si cela peut ouvrir le monde de l’art numérique et de la blockchain à des curieux, l’objectif est atteint !

👨‍💼 Président du Club Français des Cryptomonnaies 🎯 Fondateur ALT WRITE SEO 👷‍♂️ Fondateur NFT France

Laissez un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Une réponse à “Insolite : Le premier distributeur à NFT est né à New-York…”

  • février 23, 2022 at 7:34

    Incroyable ce distributeur à NFT. On peut deja acheter des Dogamis (chien virtuel) donc plus rien ne m’étonne.
    Le futur est une page blanche où tout devient possible dans ce millénaire.