NFT Nelson Mandela Actuf NFT France

Les NFT font désormais pleinement partie des sujets d’actualités quotidiens. Ils ont su intégrer notre vocabulaire, et se frayer un confortable chemin dans de nombreux secteurs. L’un des secteurs de plus en plus demandeur de NFT, est celui de l’humanitaire. Les NFT y sont régulièrement utilisés en guise de levée de fonds moderne. Le dernier exemple en date pourrait en étonner plus d’un. Surtout si on vous dit que Nelson Mandela est impliqué !

Nelson Mandela est un personnage historique particulièrement connu. Son nom est resté dans les mémoires tant pour son combat contre l’apartheid que pour les droits de l’Homme en général. Il est également connu pour les 27 ans de prison qu’il a subies. Justement, son célèbre mandat d’arrêt a été repris par des développeurs, afin de l’adapter en version NFT.

Toute une collection de NFT déclinant ce mandat d’arrêt a ainsi été créée. Son prix de vente ? 130.000 dollars.

      1. Nelson Mandela, son histoire unique, et maintenant son propre NFT
      2. 130.000 $ reversés à un musée symbolique de l’apartheid
      1. NFT et humanitaire, un combo gagnant

Nelson Mandela, son histoire unique, et maintenant son propre NFT

L’histoire personnelle de Nelson Mandela est d’un genre particulier, comme on en entend peu. A la fois homme engagé, ancien Président d’Afrique du Sud et prisonnier « politique », Nelson Mandela a marqué l’Histoire avec un grand H.

En 1962, il est arrêté par la police sud-africaine en raison de son appartenance à l’ANC, le Congrès National Africain. Les principaux rayons d’actions de ce groupement luttent contre la domination de la minorité blanche et la ségrégation raciale qui en découle. Lorsque les actions de l’ANC passent de pacifiques à militarisées, un tournant s’inscrit pour Mandela. Ce dernier va participer à certaines opérations musclées tel que des sabotages.

A l’initiative de la CIA et des autorités locales, il sera donc arrêté en 1962 pour ces motifs. Le 11 février 1990, Nelson Mandela est libéré après 27 ans de prison. Fin de la prison, oui, mais pas la fin de son combat.

Lors d’une vente aux enchères unique, une collection de NFT illustrant le fameux mandat d’arrêt de Nelson Mandela a retenue l’attention de tous. Ce mandat d’arrêt date de 1961, et sa version originale papier a été jaunie par le temps. Cette collection de NFT fait ainsi véritablement honneur au parcours de Nelson Mandela. Plus que cela, ces NFT participent à une sorte de « devoir de mémoire » du lourd combat mené à l’époque contre l’apartheid et les discriminations.

130.000 $ reversés à un musée symbolique de l’apartheid

La symbolique présente derrière cette collection de NFT est très belle. Toutefois, elle le serait nettement moins si l’argent de sa vente devait simplement être encaissé puis disparaître des radars.

130.000 $. Ni plus, ni moins. Il s’agit de la somme récoltée lors de la vente aux enchères de la collection. Le prix de réserve était bien loin de cette somme, plus proche des 55.000 $.

De sa création à son exposition au public, en passant par sa vente, chaque étape entourant les NFT du mandat d’arrêt de Mandela est symbolique en soi. Dans cette logique, la destination des fonds avait été déterminée dès le départ. Ces 130.000 $ vont être totalement reversés au musée Liliesleaf. Auparavant, ce musée était la Maison du Congrès National Africain durant l’apartheid. L’original du mandat d’arrêt est d’ailleurs conservé dans les archives du musée Liliesleaf. L’acquéreur de la collection NFT bénéficiera d’un accès exclusif au document original.

Depuis septembre 2021, le musée Liliesleaf était fermé. Afin de préserver l’héritage de la lutte contre l’apartheid, les NFT se sont illustrés comme un excellent moyen de générer des revenus pour sauver ce musée.

Selon Nicholas Wolpe, fondateur du musée Liliesleaf : « Les NFT d’oeuvres d’art sont une façon unique et nouvelle de générer des revenus ».

NFT et humanitaire, un combo gagnant

Les NFT, bien au-delà d’un simple token non fongible, sont de plus en plus plébiscités pour des raisons humanitaires.

L’actuelle guerre en Ukraine en est un excellent exemple. De nombreux NFT ont très vite vu le jour. Ils illustrent la situation en Ukraine, de manière plus ou moins explicite. Le Gouvernement Ukrainien lui-même a lancé une sorte de musée numérique des NFT. L’objectif est ainsi de promouvoir l’identité ukrainienne et la liberté.

NFT et causes humanitaires constituent en effet un combo gagnant. Les NFT vont généralement de pair avec des paiements en cryptomonnaies. Monnaie dématérialisée et intraçable, les cryptomonnaies se révèlent particulièrement utiles en temps de guerre. Les Ukrainiens peuvent en témoigner. A titre personnel, bon nombre d’entre eux s’en servent pour fuir le pays avec leurs économies.

Dans de tels contextes, à chaque vente de NFT, les recettes se transforment en dons. Ces derniers peuvent servir à de multiples choses, tel que l’aide alimentaire ou la logistique.

L’un des autres avantages indéniable des NFT en la matière, est également la rapidité avec laquelle leurs recettes peuvent servir. Les fonds générés par leur vente sont transférables de manière quasi instantanée. A contrario, des levées de fonds humanitaires traditionnelles peuvent prendre des mois voire des années avant d’atteindre les seuils des NFT, tel que les 130.000 $ de la collection liée à Nelson Mandela.

Les NFT sont certes une prouesse numérique, mais ils n’en demeurent pas moins très connectés à l’humain. Pour un devoir de mémoire ou encore pour aider une cause existante, leur potentiel est remarquable.

Laissez un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.